#LeMoisGeneatech : Spécial Saint-Valentin – mariés un 14 février

Pour février 2021, Geneatech, communauté de généalogistes amateurs – dont je fais fièrement partie – qui regorgent d’idées pour ne jamais s’ennuyer, a prévu un mois riche généalogiquement parlant: le Mois Geneatech. Au programme, défis d’écritures, vidéos (tutoriels, présentation) quotidiennes… tout cela autour des outils, de l’ADN, des blogs, des logiciels et des recherches en ligne en généalogie. Un rendez-vous à ne pas manquer !

Nous poursuivons ce mois de la généalogie et en cette deuxième semaine nous abordons la Saint-Valentin, cette célèbre fête des amoureux qui a lieu le 14 février…

Mais d’abord, savez-vous d’où vient cette fête? Petit rappel: Valentin, prêtre chrétien, serait mort vers 270 pour avoir célébré des mariages clandestins. Depuis 1496, Saint Valentin est devenu le patron des amoureux !

Pour l’article de ce jour, j’aurai pu vous parler d’une belle histoire d’amour concernant mes ancêtres, ou d’une rencontre, mais difficile de mettre tout cela en récit. A la place, j’ai choisi de regarder le contenu de mes recherches de plus près, et j’ai décidé de vous parler de mariages célébrés le 14 février. Facile, me direz vous, mais il ne s’agit pas de n’importe quels mariages, non: je vais vous parler ici d’une famille, dont les parents se sont mariés un 14 février et dont la fille, s’est elle aussi mariée un 14 février – 38 ans plus tard. Et il s’agit là de mes ancêtres ! Quoi de mieux qu’un « double » mariage en ce 14 février?

Commençons donc par le début.

C’est l’histoire d’une famille de cultivateurs qui se déroule entre la Charente et la Dordogne, au début du XIXe siècle. C’est aussi l’histoire de nombreux petits hameaux, caractéristiques de plusieurs régions de France comme celle-ci. Et c’est loin d’être simple, car la famille à la bougeotte, et se déplace de petits hameaux en petits hameaux. Et pour ne rien simplifier, les homonymes sont nombreux et rendent les recherches en séance de tirage de cheveux !

Cependant, ces recherches sur cette famille me permettent de faire voyager mon imaginaire et de me donner du baume au coeur. Avec elles, je me sens un peu en vacances: je me trouve sur des petits chemins de campagne, dans le Sud Ouest (partie de la France que j’affectionne tant !), en plein mois de juillet – de quoi apporter un peu de soleil en ce mois de février si triste ! Au delà du thème, j’espère pouvoir vous emmener un peu avec moi dans ces paysages qui sentent si bon l’été.

Saint-Privat

C’est donc à Saint-Privat (renommé Saint-Privat-des-Prés en 1993 et devenu aujourd’hui Saint-Privat-en-Périgord), petit village de Dordogne limitrophe au département de la Charente, que commence notre histoire. Débutons avec notre premier couple: Pierre ROCHON et Marie POURTEYRON.

Saint-Privat et Cumond (source: Carte Cassini, Gallica)

Pierre ROCHON et Marie POURTEYRON

Pierre ROCHON naît le 6 juillet 1784 à Saint-Privat, au village de La Poponie. Il est le premier fils d’un couple de cultivateurs, Antoine ROCHON et Marie POURTEYRON, qui a déjà donné naissance à 4 filles. Deux autres garçons suivront, Léon et Pierre (qui décèdera quelques jours après sa naissance), avant la mort prématurée de Marie, la mère de famille âgée de 42 ans, en 1797. Pierre a alors 15 ans, et il aide déjà son père aux travaux agricoles. Ce dernier se remarie en 1807 avec Jeanne CHALESSE, une jeune femme de l’âge de Pierre (elle a 23 ans tandis qu’Antoine ROCHON en a 55 !). Il lui donnera au moins 5 enfants et vivra le reste de sa vie Chez Cendraux, toujours sur la commune de Saint-Privat.
Pierre n’assistera probablement pas au mariage de son père, puisqu’en 1807, il est fusiller au 1er régiment d’Infanterie et probablement loin de chez lui – il obtiendra un congé de réforme en juin 1810.

Les rues de Saint-Privat

Marie POURTEYRON (qui n’est pas la mère de Pierre, mais sa future épouse) est née le 20 avril 1790 à Cumond (renommé Saint-Antoine-Cumond en 1924 et aujourd’hui appartenant à la commune Saint-Privat-des-Prés), au village du Renard. Tout comme son futur mari Pierre ROCHON, Marie est issue d’une famille de cultivateurs. Elle semble être la dernière née d’une fratrie qui compte au moins 7 enfants. La famille vivra entra la paroisse de Cumond et celle de Saint-Privat.

Pierre et Marie se marient le 14 février 1811 à Saint-Privat. Il est fort probable qu’ils se soient rendus, après leur union à la mairie, au sein de la jolie église romane de Saint-Privat.

Le couple va vivre au hameau de Leymarie auprès des parents de l’épouse, François POURTEYRON et Philippe JOUBERT. Ils vont y avoir au moins 8 enfants. François et Philippe décèdent respectivement en 1831 et 1822, et il semble que ce soit après le décès de François que notre couple quitte le hameau de Leymarie pour Les Fouilloux.

Route qui mène aux Fouilloux (source Google Street View)

Ils vont vivre quelques années au hameau Puy Léger et se rapprocher ainsi du bourg de Saint-Privat. C’est là bas que décède Marie POURTEYRON le 30 mars 1858. Elle avait 67 ans.

Pierre ROCHON, désormais veuf, va vivre tout près de son fils Antoine et de sa belle-fille Marie PEYRONNAUD, et aussi tout près de sa fille Marguerite et de son mari Pierre BION, mes ancêtres dont il sera question juste après.

Pierre ROCHON décède 4 ans après sa femme, le 12 décembre 1862, au hameau de La Marteille, qui se trouve juste à côté de Puy Léger.

Situation des hameaux concernant le couple ROCHON / POURTEYRON (source: geoportail)

Pierre BION & Marguerite ROCHON

Direction la Charente, à quelques kilomètres de Saint-Privat. Nous sommes à Saint-Quentin-de-Chalais, et plus précisément à Saint-Vivien où est né Pierre BION le 4 avril 1820. Pierre est le huitième enfant d’une fratrie qui en comptera dix. Ses parents, Jacques BION (auquel j’avais consacré un article relatif à sa famille) et Marguerite MONTAUDIE sont des cultivateurs originaires du coin.

Pierre ne va pas rester longtemps à Saint-Vivien puisque sa famille quitte le hameau pour Sérignac (ancienne commune aujourd’hui rattachée à Chalais) et plus précisément pour Renon, un petit lieu dit composé de deux corps de ferme. Vers 1830, la famille va partir pour Les Essards et le hameau du Clapart. Ses parents y décèdent : le 28 septembre 1843 pour sa mère Marguerite et le 5 septembre 1846 pour son père Jacques.

Coteaux du Montmorélien, site naturel du Sud de la Charente

Retour en Dordogne. Marguerite ROCHON, fille de Pierre ROCHON et Marie POURTEYRON, est née le 5 août 1823 à Leymarie, dans la commune de Saint-Privat. Le 14 février 1849, alors que ses parents fêtent leurs noces de mercure, Marguerite franchi la porte de la mairie de Saint-Privat pour épouser Pierre BION, 28 ans, fraîchement débarqué à Saint-Privat suite au décès de ses parents.

Mairie de Saint-Privat

Courlac

Le couple va avoir 8 enfants et va vivre – au gré des naissances – un temps aux Fouilloux, puis à Puy Léger auprès des parents de Marguerite, puis à La Maison Neuve et Chez Vincent. Ils vont ensuite traverser la frontière fictive qui sépare la Dordogne de la Charente pour rejoindre le bourg de Courlac. Marguerite y décèdera le 25 aout 1879, tandis que Pierre, qui finira sa vie dans son département d’origine, décèdera 20 ans plus tard, le 17 octobre 1899 à Bellon.

Frise élaborée sur frisechronos, grâce aux explications de Sophie sur sa vidéo pour le mois Généatech !

Pierre ROCHON & Marie POURTEYRON
Marguerite ROCHON & Pierre BION
2. André FONTAINE
3. Léo FONTAINE
4. Ma grand mère maternelle
5. Maman
6. Moi

2 réflexions sur “#LeMoisGeneatech : Spécial Saint-Valentin – mariés un 14 février

  1. Christelle 8 février 2021 / 11 h 29 min

    J’adore la visite en photos pour accompagner ton joli récit ! Ça donne envie d’être en vacances 🤩

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s