#ChallengeAZ : G comme le Gouverneur Vauboulon (1689-1690)

L’histoire de la colonisation de l’Île Bourbon regorge de faits extraordinaires. C’est pourquoi aujourd’hui je souhaiterais vous parler de l’affaire Vauboulon à laquelle fut mêlé Julien (dit Laroche) ROBERT, ancêtre à la 10ème génération de Belle-Maman

Henri Habert de Vauboulon prend les commandes de l’île le 11 décembre 1689. Il est le septième gouverneur que connait Bourbon depuis sa colonisation. Les précédents gouvernements ont provoqué des troubles importants sur l’île et la révolte de ses habitants. A cette époque, l’île compte environ 200 colons – et ils semblent avoir parfois du mal avec l’autorité !

Isle Bourbon, carte du XVIIe siècle (source: Gallica)

Vauboulon est déclaré gouverneur par ordre du Roi et à pour mission de rétablir l’ordre sur l’île. Il a également pour directive d’assurer l’instruction religieuse des habitants, les pousser à la culture du riz, du blé et des fruits, mais aussi à assurer leur sécurité vis à vis des forbans et des Marrons (terme qui désigne à cette époque les premiers malgaches, esclaves, arrivés sur l’Île et enfuis dans les Hauts). Vauboulon débarque à Bourbon le 11 décembre 1689 et prend ses fonctions immédiatement.

Le chasseur de cabris marrons, Roussin, 1860 (source: IHOI)

Dans un premier temps, Vauboulon est plutôt bien accueilli par la population, qui y voit par sa venue l’intérêt du Roi pour Bourbon. En effet, l’île est jusque là plutôt oubliée, et le passage des navires de la Compagnie se font de plus en plus rares. Mais rapidement, le cours des choses va basculer et les méthodes employées ainsi que l’autorité de Vauboulon vont déplaire aux colons et être contestées. Parmi les mesures impopulaires ordonnées par Vauboulon, il y a la réglementation de la chasse mais aussi la limitation de deux chiens par habitant, tous les autres devant être abattus.

La colère des colons grandie de plus en plus, et la révolte s’organise secrètement. Le père Hyacinthe, arrivé sur l’île avec le gouverneur, va apporter son soutien à la population et dira de Vauboulon qu’il a: «  un esprit brouillon, malfaisant, maling, fourbe, capricieux, menteur, qu’il se ressentait plus d’un cuistre que d’un homme d’honneur, malhonnête en tout« . Ce dernier ne va pas rester sans rien faire, et va envoyer une missive au directeur de la Compagnie des Indes, pour l’alerter à propos de la situation de Bourbon et de la gestion désastreuse de l’île par Vauboulon.

Du côté des colons, un complot s’organise avec à sa tête Michel FIRELIN, procureur du Roi. Plusieurs habitants, appuyés par le soutien du père Hyacinthe, ont pour projet de piéger Vauboulon à la messe. Parmi eux, Julien ROBERT dit La Roche, un soldat de la Compagnie des Indes né vers 1642 dans les Deux-Sèvres et arrivé à Bourbon en 1671. Lors de la messe du dimanche 26 novembre 1690, les habitants saisissent Vauboulon, assis au premier rang de la chapelle Saint-Denis, et le somment de rendre son épée. Vauboulon est destitué, capturé et emprisonné à Saint-Denis par les habitants. Il mourra dans sa cellule deux ans plus tard, le 18 mai 1692. Rapidement, des rumeurs d’empoisonnement circulent, et les regards se tournent vers les organisateurs du complot.

La famille va à la messe, Huet, avant 1838 (source: IHOI)

C’est pourquoi, lorsque l’Escadre de Serquigny arrive sur l’île le 2 juillet 1696, le commandant, le Comte de Serquigny, après avoir constaté un important désordre (les habitants gouvernent l’île et ont établi un directoire, tandis que plusieurs forbans ont envahi l’île…), décide de remettre de l’ordre. Il cherche à rétablir les faits et juger les hommes soupçonnés d’avoir eu un rôle dans la destitution de Vauboulon puis dans sa mort. Un procès est mené sur place par le Comte contre 4 habitants – ou 5 selon les sources. Il s’agit de: Marc VIDOT (33 ans), Robert DUHAL (39 ans), Jacques BARRIERE (environ 45 ans) et notre fameux Julien ROBERT (environ 55 ans). Tous repartiront le 4 septembre 1696 en direction de la France sur trois navires, le Faucon, le Medemblick et le Florissant. D’autres individus ayant pris part à la destitution du gouverneur mais sans avoir participé au procès embarqueront également: il s’agit du le père Hyacinthe et de Michel FIRELIN.

Port de Brest, Sunt, vers 1780 (source: IHOI)

L’escadre atteint Brest le 5 mars 1697 puis Lorient, où les quatre accusés sont écroués. Ils sont enfermés à la Prison Saint-Michel de Rennes (aujourd’hui transformé en bar, où, pour la petite histoire, bien avant d’avoir débuté mes recherches sur Julien ROBERT, je me suis rendue avec mon compagnon et ma belle-soeur boire en 2019: la boucle est bouclée !).

Cour intérieure de la Prison Saint-Michel

L’instruction terminée, le procès va débuter en mars 1697 jusqu’au verdict le 24 mai 1697.

  • Michel FIRELIN: condamné à mort par pendaison et confiscation des biens.
  • Père Hyacinthe: enfermement à vie dans un couvent.
  • Robert DUHAL et Jacques BARRIERE: condamnés aux galères à perpétuité et confiscation des biens.
  • Julien ROBERT: condamné à 10 ans de galères.
  • Marc VIDOT: condamné à 5 ans de galères.

Jean-Baptiste Roze, « Arsenal des Galères de la Ville de Marseille », 1666

BARRIERE, ROBERT et VIDOT vont être envoyé au bagne de Marseille, tandis que DUHAL va être enfermé à la Bastille. Il va en réalité rester peu de temps à vivre à chacun des coupables. BARRIERE va mourir en 1699 à l’hôpital des galères de Marseille. Julien ROBERT, l’ancêtre de Belle-Maman va mourir le 9 juin 1700, également à l’hôpital des galères de Marseille. Il laisse derrière lui au moins 8 enfants. Son épouse, Perrine CAMPELLE, est quant à elle décédée un an plus tôt à Saint-Paul. Marc VIDOT décèdera également à l’hôpital des galères de Marseille en 1704. DUHAL, quant à lui, va mourir en 1714 à la Bastille.

Condamnation avec en marge la date de décès des condamnés.

Source: 
- Les origines de l'Île Bourbon et de la colonisation française à Madagascar : d'après des documents inédits tirés des Archives coloniales du Ministère de la Marine et des colonies, etc. (1888) Guët Isidore
- le Procès Vauboulon, sur le site de Yannick Voyeaud

Publicité

10 réflexions sur “#ChallengeAZ : G comme le Gouverneur Vauboulon (1689-1690)

  1. M@g 7 novembre 2020 / 10 h 03 min

    Belle étude et belle illustration .
    Je me suis passionnée pour »l’Histoire de La Réunion »,et celle de Jacques Aubert dit »l’Almanach »,menuisier,originaire d’Anjou,,né à Corzé (Maine et Loire) le 14 9 1665,descendant de ma famille Aubert.
    Il embarque au port de Lorient,sur le St Jean-Baptiste,le 5 mai 1689 et arrive à La Réunion (alors repaire de pirates ,corsaires, et flibustiers) le 11 12 1689(voyage de 7 mois) ,avec entre autres Henry Hubert de Vauboulon gouverneur .
    Il deviendra capitaine du quartier St Paul,épousera Anne Launay,fille de Gilles Launay ,natif d’Urville en Normandie(dite Mascarine),et aura au moins trois enfants.
    (Sources « Histoire de La Réunion »)
    Beaucoup d’aventures pour notre Jacques…
    Les premiers Aubert de La Réunion, qui semblent être encore présents.
    Au plaisir de vous lire.

    J’aime

    • Mathilde 7 novembre 2020 / 20 h 19 min

      Merci pour votre commentaire ! En effet l’histoire de la Réunion est passionnante et les recherches y sont tout autant ! Je n’ai croisé qu’un Aubert dans mes recherches – François, né en 1701. En tout cas Jacques semble avoir eu une vie bien remplie !

      J’aime

  2. Anonyme 7 novembre 2020 / 14 h 17 min

    Que de travail! Je suis en admiration. Ce plongeon dans le passé à travers l’histoire de notre famille Réunionnaise me fait vivre d’intenses émotions. Je me revois des années en arriére où petite fille on côtoyait ces anciens aujoud’hui disparus. En fait c’est toute l’histoire (que je ne connais pas) de notre île, en particulier celle de saint Benoit que tu mets à portée de toute une génération. Ces recherches méritent d’être divulgées auprés d’un large public sous forme de roman peut être? Même les livres d’histoire de la Réunion dans les écoles ne sont pas aussi précis..Toutes les félicitations d’une des soeurs de belle maman.

    Aimé par 1 personne

    • Mathilde 7 novembre 2020 / 20 h 22 min

      Merci beaucoup pour ce commentaire qui me touche énormément. Je suis tellement heureuse de pouvoir partager tout cela avec vous ! Et l’écrire sur un blog me permet déjà de transmettre tout ça à de nombreuses personnes. J’espère que la suite de ce challenge (car il reste encore pas mal d’article et beaucoup à dire sur les ancêtres de la famille) vous passionnera tout autant 🙂

      J’aime

  3. bealct 8 novembre 2020 / 20 h 05 min

    Je découvre tout cela avec intérêt. J’aime beaucoup la grande variété de documents que tu utilises pour illustrer tous ces articles.

    J’aime

  4. M@g 9 novembre 2020 / 12 h 28 min

    Lors du procès Henry Habert de Vauboulon,Jacques Aubert est cité.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s