Jean-Baptiste COUTIER, une épine généalogique (enfin) résolue.

Nous avons tous une branche fétiche dans notre ascendance, cette branche sur laquelle on passe beaucoup plus de temps et à laquelle on attache une importance et une attention toute particulière. Dans mon arbre, cette branche en question est celle de la famille COUTIER, qui débute à partie de mon arrière-grand-mère maternelle Annie, fille de Louis COUTIER et Isabelle PAUX qui ont fait l’objet de mon ChallengeAZ 2019. Outre l’importance de la mémoire familiale (photos, carnets, objets…) qui a été conservée par la famille, cette branche repose sur une épine généalogique, restée non résolue jusqu’à aujourd’hui.

Remontons en arrière…

IMG_1684.JPG
Mon arrière grand-mère lors d’une expédition généalogique: toujours classe, même quand il s’agissait de crapahuter dans les cimetières ! (source: Archives personnelles)

Dans les années 80, ma grand-mère, accompagnée de sa mère, ainsi que mon grand-oncle Michel ont débuté des recherches généalogiques pour partir sur les traces des Coutier, famille à priori originaire du Nord. Leurs recherches vont les mener dans les cimetières, à photographier des tombes, dans les églises, dans les mairies, à éplucher des registres poussiéreux etc. Ensemble et avec l’aide d’autre membres de la famille qui vont rejoindre l’aventure, ils vont remonter de générations en générations, faire des hypothèses, des tonnes de brouillons, de cartes, de schémas et d’arbres… Le fruit de leurs recherches va déboucher sur une grande fête de famille. 65 cousins vont se réunir autour d’ancêtres communs (les Coutier donc) le 12 novembre 1983 à Bourg-en-Bresse (01). Un article de la presse locale relatera l’évènement. N’étant pas encore de ce monde, je n’étais malheureusement pas de la fête !

Numériser 4.jpeg
Presse locale relatant la fête familiale. On peut y voir plusieurs de mes oncles et tantes, ainsi que mon arrière-grand-mère Annie, à droite du monsieur au centre. (source: archives personnelles)

Pour l’occasion, ma grand-mère, artiste peintre, va faire deux grands arbres sur lesquels les photos, les noms et les dates de chacun seront collées.
Affiché après la fête dans l’entrée de la maison de ville familiale, je vais grandir avec cet arbre là. Impossible de ne pas passer devant, la porte d’entrée donnait directement dessus ! Et à chaque fois que je me rendais chez mes grands-parents, je jetais toujours un oeil sur cet arbre. Mécontente de ne pas avoir ma petite case (l’arbre n’ayant jamais été retouché), je prenais tout de même plaisir à voir des photos de ma mère petite, de mes oncles et de mes tantes à un temps que je n’avais pas connu, et des « vieux » portraits en noir et blanc de personnes qui m’étaient totalement inconnus – et qui pourtant étaient mes ancêtres.

IMG_1681.JPG
Ma grand-mère, posant fièrement à côté de l’un de ces deux arbres géants

Le temps a passé, et l’arbre n’a jamais bougé. Jusqu’au décès de ma grand-mère le 12 septembre 2016. Partie 3 semaines après son mari, celui que j’appelais mon grand-père de coeur, ils laissaient une maison remplie de 45 ans de vie commune. Une maison vide de ses propriétaires et qui nous resterait à vider.

Un mois plus tard, en octobre 2016, c’est lors d’un séjour à Pau chez mon grand-oncle Guitoo, petit frère de ma grand-mère, que celui-ci m’a remis des brouillons généalogiques fait par ma grand-mère. Ceux là n’étant pas datés, il était fort possible qu’ils contenaient ses recherches des années 80, à une période où Heredis et autre logiciel de généalogie n’existaient pas. Il m’a également installé un logiciel, Le Généalogiste, avec un fichier déjà créé par ma grande-tante Nicole, cousine de ma grand-mère. Cela faisait déjà quelque temps qu’elle avait repris l’arbre familial, exporté cette fois ci sur informatique, et avait continué les recherches.
Rentrée à Paris, quel ne fut pas mon empressement d’ouvrir tous ces brouillons d’arbres et de les resituer sur le logiciel ! J’avais alors l’impression de déchiffrer une énigme posée en langue étrangère.

Et c’est comme cela que j’ai attrapé le virus de la généalogie.

Je me suis assez rapidement familiarisé avec les codes de la généalogie, son jargon, les différentes archives départementales en ligne, la lecture des actes, les méthodes de recherches. Tout cela depuis chez moi et devant mon ordinateur, à Paris (plus besoin de faire des kilomètres pour me déplacer dans les mairies et les cimetières comme le faisait ma grand-mère 40 ans en arrière !).

L’épine généalogique: Jean Baptiste COUTIER

La branche sur laquelle portait le travail familial était, vous l’aurez compris, la branche de la famille Coutier. Rapidement, je me suis aperçue que celle-ci s’était comme arrêtée. Le dernier Coutier connu: un Jean-Baptiste, né vers 1782 dans les Ardennes (et non dans le Nord !) à Château-Porcien (08), décédé dans cette même ville en 1812. L’arrière-arrière-grand-père de mon arrière-grand-mère Annie. Alors c’est tout? Et on ne remonte pas plus loin lorsqu’on fait de la généalogie?

J’ai aussi rapidement compris à quel obstacle s’étaient heurté mes proches dans les années 80: la disparition importantes d’archives des Ardennes lors de la première guerre mondiale. Et Château-Porcien n’a pas été épargné: ces registres débutent en 1840. Rien avant. Pas de registres de l’état-civil ni de registres paroissiaux. Impossible donc, à première vue et en étant novice, de résoudre l’épine.

Je vais passer cependant beaucoup de temps à relire les brouillons écrits par ma grand-mère, à les déchiffrer, à me les approprier et comprendre son travail. Toutes ses notes, ses photos, ses recherches, que j’allais retrouver au fur et à mesure que je vidais sa maison. Elle, elle avait trouvé un lien (lequel?) entre une famille Coutier de Charbogne, village voisin, et la notre. Elle avait essayé de raccrocher les deux familles et donné un début de réponse à l’énigme et prolongé la branche Coutier jusqu’au début du XVIIIe. J’ai essayé mainte fois de comprendre son raisonnement et comment elle était arrivée à cette conclusion, en vain. Durant longtemps, j’ai passé beaucoup de temps à faire des recherches sur quelques choses qui semblait être finalement une erreur de sa part…

IMG_1686
Un brouillon d’arbres parmi des dizaine d’autres établis par ma grand-mère

Finalement, c’est grâce à une indication sur un arbre en ligne que je vais réussir à mettre  deux noms au dessus de notre Jean-Baptiste: Jean-Baptiste COUTIER et Rémiette DEHAYE. Ces deux là étaient mentionnés dans l’acte de mariage d’un des enfants de Jean-Baptiste à Reims (51). A un temps où internet n’existait pas, cela devait être beaucoup plus compliqué de travailler sur les collatéraux !
Une fois la joie procurée par cette petite victoire retombée, je me retrouvais à nouveau au point mort et pas plus avancée: les parents de Jean-Baptiste étaient eux aussi de Château-Porcien. J’ai interrogé mainte fois les différentes bases de données, travaillé longuement sur les collatéraux, envisagé toutes les pistes possibles. La seule solution qui me restait était de me déplacer aux Archives Départementales des Ardennes à Charleville-Mézières (08), rechercher dans les archives notariales (dont une mince partie des répertoire est en ligne) sur la trace d’éventuels indices: autant chercher une épine dans une botte de foin !

Le dénouement

Le temps passait et 2 ans et demi plus tard, j’en étais toujours au même point. Mon grand-oncle Michel, tracassé par cette énigme vieille de 40 ans, continuait lui aussi les recherches de son côté.
Jusqu’à ce qu’au mois de juin, Christelle, en aidant une autre généanaute dans ses recherches sur les Ardennes, mentionne le site actes-BMS. Intriguée, je tape le nom « Coutier », sans trop y croire. Et là, BINGO! Un contrat de mariage entre Jean Baptiste COUTIER et Rémiette DEHAYE de 1767 y est relevé. Ne connaissant pas le lieu, je cherche à tout hasard du côté de Rethel dont les répertoires de notaires sont en ligne, et à nouveau BINGO: je trouve le nom du notaire et la date de l’acte: 29 juin 1767 !

J’envoie une demande sur le Fil d’Ariane et reçois l’acte dans la semaine (merci aux bénévoles !). Et là, c’est tout une branche qui s’ouvre à moi: l’acte y est très détaillé et m’apporte des informations précieuses.

Capture d’écran 2019-07-29 à 16.46.23
Contrat de Mariage entre Jean Baptiste COUTIER et Rémiette DEHAYE, 29 juin 1767, par Me Bournel, Réthel (source: AD08)

 

La transcription, pour les plus courageux (sinon vous pouvez passer cette étape!) :

 » Par devant les notaires au Baillage

et Duché de Mazarin pairie et resident soussignés

                  furent présent le sieur Pierre Coutier marchand demeurant à

Château Porcien, Echevin et administrateur de l’hotel Dieu

de la ville, et dme Marie Jeanne Monclin son épouse de lui

authorisée a l’effet des présentes ce qu’elle a dit avoir pour agréable

stipulant pour le sr Jean Baptiste Coutier leur fils, demeurant 

avec led Sr et De ses pere et mère, à ce présent et de son consentement 

pour lui et en son nom d’une part

                  Et le S Jean Deshaye Bourgeois de Mazarin y demeurant

stipulant pour Dlle Remiette Deshaye sa fille ici présent et 

de son consentement, aussi pour elle et en son nom d’autre part.

                  Lesquelles parties en présence et du consement des S et Dme

leurs parents et amis ci après nommés, savoir de la part dud

S Coutier; du S Jean Passé lab. demeurant à Château Porcien et Dlle 

Marie Anne Coutier son épouse, elle soeur du futur, du S Philippe

Thomassin commis aux aides demt en la même ville de Château

Porcien et Dme Nicole Coutier son épouse, aussi soeur du futur; de

Me Joseph Turpin procureur en sièges royaux de Reims et

Dme Marie Anne Coutier son épouse tante du futur, du S Jean 

Baptiste Rousseau lab demt à Barby, oncle maternel du futur

à cause de feue Catherine Monclin son épouse, de Me Jean Bte

Gourmeaux avocat au parlement dmt Chateau Porcien et

Dme Marie Anne Rémiete Coutier son épouse cousine germaine du futur;

du S Gerard Hubignon lab demt à Saint Lambert son cousin

germain maternel; de S Thomas Bournel marchand orfèvre demt

à Mazarin, cousin issu de germain de S Coutier père, de Me Nicolas 

Tortuyau prêtre habitué à Château Porcien et S Remy

Tortuyau lab demt en l’Amôneville, cousins issus de germain du 

futur; de Me Jean Baptiste Charton avocat au parlement, et

procureur Général fiscal de la Principauté de Chateau Porcien, y demt

son cousin, de S Etienne Audry Bourgeois de Mazarin.

                  Et de la part de la Dme Deshaye, de De Marie Gilet 

Lapiere, Ve du Me Jean Eustache Tiercelet de son lieutenant

[Darsicutier] au baillage de Mazarin, Président de l’Etude 

de la même villen et subdélégué de M Ge l’Intendant de

Champagne sa cousine, du très Révérend Père Deshaye

Minime, frère de la future, de S Jean Baptiste Deshaye maréchal 

dmt à Mazarin son oncle et de Marguerite Forest son épouse,

du S Jean François Deshaye lab à Coucy la vule, oncle, de S

Gilles Pierron lab à Luquy et Elizabeth Deshaye sa femme

tante, de Hulot lab à Boultsourt oncle à cause de

Catherine Deshaye sa femme, Dme Remiete Carlet Ve du S Gilles Sanson

Maitre de la piste au chevaux de Mazarin tante, Dme Marie

Nicole Boquillon Ve du S Ponce Carlet Lab à Sault, belle tante,

et enfin de dme Marie Jeanne Polet, Marchande à Mazarin, sa

cousine.

                  Avant de parvenir au mariage projetté entre led. S Jean Bapte

Coutier et de dme Remiette Deshaye, sont demeurées d’accord

de clauses et conditions matrimoniales qui suivent.

                  Seront les futurs époux commun en tous biens meubles et

conquet immeubles suivant la contenance de Vitry à laquelle ils se

soumettent, dérogeant à toutes coutumes qui auraient desdis positions

contraires, nonobstant transaction de domicile et encore qu’ils fassent

de l’acquisition ailleurs, excepte toutefois une qui pourrait être

derogé aux dis positions de la contenance de Vitry par les conventions

qui suivent.

                  De la part du futur époux, les S et dme ses pères et mères

promettent lui donner en faveur de mariage et ausitôt les célébrations

decelée la somme de quatre mille livres en marchandises

au prix des factures à prendre dans leur magasin et boutiques

et promettent se de faire au profit dud futur de leur

commerce de draperie et mercerie et lui en remettre

toutes les marchandises qui se trouvent en leur d. magin. et 

boutique, aussi immédiatement après la célébration du 

mariage et au prix des factures payables dans les termes dont

ils conviendront; de laquelle somme de quatre mille livres promise

en faveur de mariage, celle de douze cent livres [?] en communauté

et le surplus qui est de deux mille huit cent livres [?] nature

de propre au futur et au sieur de son coté [?] et au moyen

des dons et avantages ci dessus faits par les S et dme Coutier

à leur fils, il ne pourra demander ni compte ni partage au

survivant d’eux, et laissera jouir le survivant sa vie durant des 

meubles et conquet du prédécédé, qu’ils l’ont stipulé dans 

les contrats de mariage de leur autre enfans, et cependant comme

ils n’ont promis à leur autre enfants que la somme de trois mille

livre en faveur de mariage avec pareille clause qu’ils ne pourraient

demander ni compter ni partage au survivant d’eux et de laisser 

jouir le survivant sa vie durant des meubles et conquets

du prédécédé en observant la même loi à l’égard d’eux ou

celui qui restait à marier et qu’ils promettent au futur mille

livres de plus, les enfants premierement mariés ne seront tenus de

tenir la clause qu’autant que le survivant leur remettra à chacun 

une somme de mille livres après leur égalité de mariage avec 

le futur.

                  De la part de la future épouse et en faveur dud mariage le S

son père promet de donner la somme de dix huit cent livre

pour lui tenir lieu de reddition de compte tant du mobilier que

du revenu des immeubles de la dme sa mère, et une de douze cent

livres en avancement d’hoirie de la future succession dud S Deshaye

au moyen de quoi led S Deshaye demeurera bien et va la blement

quitte et décharge en vers la dme sa fille de toute reddition du compte,

toutefois reservant la même loi lors de l’établissement de ses autres 

enfants et dans le cas où il leur serait fait plus grand avantage, led

futurs pourraient opter la loi qui serait faite des autres enfants

de S Deshaye, laquelle somme de douze cent livre avancement

d’hoirie, le S Deshaye n’a promis à la future qu’à la condition qu’il

jouira sa vie durant des immeubles à elle échus par le décès de la 

dme sa mère estimés led immeubles pareilles somme de douze cent livres

laquelle somme de trois mille livre le S Deshaye promet payer

savoir trois cent livre aussitot la benedicion nuptiale en son lit 

garni, six paires de draps, deux douzaines de serviettes, une demie

douzaine de nappes de toille de chanvre et une somme de quatre

vingt seize livres, la somme de douze cent livres dans le premier

octobre prochain, et les quinze autre cent livre [?] à

compter de ce jour et sans intéret [?]; de laquelle

somme de trois mille livre, celle de douze cent livres entrera

en la communaué, et le surplus qui est de dix huit cent livres

tiendra lieu et [?] nature de propre, à la future et [?]

de son côté [?]

                  Les habits et linges des futurs neseront comptés 

en deduction des sommes qui leur sont promises en faveur de

mariage ni aucun faires de copies.

                  Sera douée la future d’une somme de huit cent livres, une

fois payées et sans retours, de douaire préfix, [?] n’[?] 

prendre le douaire coutumier, ce qu’elle sera tenue d’opter dans

le [tout?] prescrit par la coutume, [?] elle sera déchue de 

l’option, et sera oblugée de s’en tenir au douaire préfix.

                  Le survivant soit qu’il y ait enfant ou non, reprendra pour

préciput et avant partage le linge et habits à son [?] et

en outre, si c’est la future, ses bagues et joyeux et un lit garni

à son choix, et si c’est le futur, ses armes et un cheval équipé et à 

défaut de cheval une somme de deux cent livres.

                  En cas de survie de la future, elle pourra en renoncant à la

communauté, reprendre tout ce qu’elle aura apporté aud mariage

et ce qui lui sera avenu et échu [?] [?] lui tous en meubles

qu’immeubles, par succession donation leg ou autrement, même 

ses douaires et préciput, tels que dessus, le tout franc et quitte 

de toutes dettes et hypothèques de lad communauté.

                  Et au surplus les futurs se régleront suivant la coutume de vitry 

sous lesquelles clauses et conditions les S Deshaye a promis donner

la Dme Deshaye sa fille de son consentement, au S Coutier

par loi de mariage, lequel de S et Dme ses pères et mères 

a promis de prendre pour son épouse et en faire [?] [?]

le mariage en face de notre mère Ste Eglise. Promettant et s’obligeant

et renonçant et [?] passé en la maison de la dme Thiercelet

de son ce jourd’hui vingt neuf juin mil sept cent soixante sept 

de relevee,etant les parties signé avec nous notaires après lecture faite. »

Ps: il est possible que des erreurs de lecture dans la transcription soient présentes.

Lexique:
S: sieur
Ve: veuve
Lab: laboureur
Dmt: demeurant

Cette acte nous informe donc sur les dispositions que vont prendre les deux futurs époux avant de se marier. Au delà de ces formalités, cet acte est très riche d’un point de vu généalogique et palie à l’absence d’archives: j’apprends le nom de chacun de mes ancêtres. La famille Coutier vient de Château-Porcien, tandis que la famille Dehaye de Rethel (anciennement Mazarin). Ces deux communes ont vu leur archives détruites, mais l’acte est une mine d’or de renseignements: 26 personnes sont présentes, dont beaucoup sont membres de la famille des futurs mariés. De sacrées pistes à explorer et à exploiter !
Enfin, j’apprends que les parents de Jean Baptiste tiennent une boutique de linge et une mercerie, qu’ils vont donner à leur fils à l’occasion de son mariage ! De quoi me donner une idée de la vie qu’ont eu ces ancêtres là.

Avec les nombreux renseignements récoltés grâce à cet unique acte, j’ai pu débuter de nouvelles recherches qui m’ont permises de débloquer cette épine généalogique vieille de 40 ans. La famille Coutier est en réalité originaire de Barby (08), commune située à 5km de Château-Porcien.  et là bas, les archives ont été sauvées, ce qui va me permettre d’approfondir mes recherches et continuer le travail sur la famille Coutier. De quoi m’occuper pour un moment encore !

Capture d’écran 2019-07-29 à 16.41.46.jpg
L’ascendance de Jean Baptiste COUTIER (1782-1812), dans l’état actuel de mes recherches (07/2019) (cliquez pour agrandir l’image)

 

Jean Baptiste COUTIER
2. Marie Barthélémy Victor COUTIER
3. Ludovic COUTIER
4. Louis COUTIER
5. Anne Marie COUTIER
6. Ma grand-mère maternelle
7. Maman
8. Moi

 

Publicités

Drame à Messy.

Lundi 23 septembre 1782. Le curé de Messy (77), commune du Nord de la Seine-et-Marne, procède à l’inhumation du corps d’une petite fille âgée de 6 ans. Marie Louise Rosalie, née le 30 juin 1776 de Louis Martin SONNIEZ et Marie Rosalie PLATRIER, est décédée tragiquement la veille.

Capture d’écran 2019-06-12 à 21.24.58
Place de l’Eglise, Messy (non daté), source: AD77

Le dimanche aux alentours de 14h, alors que les habitants se rendaient à l’office, les enfants de la commune et la petite Marie Louise Rosalie jouaient dans les rues de Messy. Tous se trouvaient près d’une charrette chargée à l’arrêt. Alors qu’elle s’amusait avec cette charrette, celle-ci s’est renversée sur la petite fille, l’écrasant et la tuant sous les yeux des habitants et des autres enfants, médusés. Désireux d’éclaircir cette tragédie et en l’attente d’un éventuel procès verbal à dresser, le curé a laissé passer la journée avant de préparer les obsèques. Cette attente prendra fin par une lettre de M. Ganneron, bailli de la ville – l’officier de police comme on dirait aujourd’hui – statuant sur un tragique accident imputable à personne, à part à l’imprudence de la petite Marie Louise Rosalie qui jouait sur cette charrette.

Capture d’écran 2019-06-12 à 21.26.47.jpg
Acte d’inhumation de Marie Louise Rosalie, vue 121/140, cote 5MI727 (1774-1783), AD77

 

Louis Martin SONNIEZ (ou SONNIER)
2. Jean Pierre Maurice SONNIEZ
3. Narcisse Maurice SONNIEZ
4. Alfred Léon SONNIEZ
5. Octave Alfred SONNIEZ
6. Léone Octavie SONNIEZ
7. mon grand-père maternel
8. maman
9. moi

 

Les Molé de Champlâtreux

Capture d’écran 2019-06-05 à 20.07.31
Situation d’Epinay et de Champlâtreux au Nord du Val d’Oise (95), carte de Cassini

Lorsqu’on fait de la généalogie, il n’est pas rare, au détour de nos recherches, de croiser des noms célèbres ou des personnages ayant – plus ou moins – contribué à notre Histoire avec un grand H.

C’est le cas dans mon arbre généalogique, où mes recherches pour retrouver la trace de Narcisse Gabriel Gallois (1760-1807), mon sosa 432, m’ont menées à la famille Molé.

A priori, ce nom ne vous dit certainement rien, et pourtant, les vestiges de la famille Molé existent et sont encore visible dans notre patrimoine français – et en particulier dans le patrimoine francilien.

Mais d’abord, revenons à Narcisse Gabriel, né à Champlâtreux le 6 avril 1760. Champlâtreux (aujourd’hui Epinay-Champlâtreux) est une minuscule commune située dans le Nord du Val d’Oise, sur les terres des Molé, une famille de nobles originaires de Troyes. Narcisse Gabriel se marie à l’âge de 24 ans avec sa petite cousine Anne Elisabeth Orsée (ou Orsay) le 24 janvier 1784 à la Paroisse Saint-Eustache. Du centre de Paris à Champlâtreux, il y a du chemin. Alors qu’est ce qui a bien pu conduire ce jeune homme de 23 ans à se marier à plus de 27 km de chez lui?

AKG3090705
Paroisse Saint-Eustache sur les plans de Turgot

La dispense de consanguinité, passée devant le prêtre Robinault du Boisbasset un mois avant son mariage, va m’en apprendre plus sur sa situation et m’amener à la famille Molé – le coeur de notre sujet du jour, donc. Cette dispense nous informe donc qu’au moment de son mariage en 1784, Narcisse Gabriel Gallois est postillon (comprenez un cocher qui monte à cheval) pour un certain Mathieu François Molé.

Capture d’écran 2019-06-05 à 19.39.13.jpg
Dispense de consanguinité, AN Z1o-183 sur geneanet

« A dit s’appeller Narcisse Gabriel Gallois postillon chez M.
le president Molé garçon mineur agé de vingt trois ans demeurant
en l’hotel de M. le président rüe Saint Dominique paroisse de Saint
Sulpice »

Samuel_Bernard_(1651-1739).jpg
Samuel Bernard, beau-père de Mathieu François Molé, peint par Hyacinthe Rigaud en 1726.

Mathieu François Molé (dit Molé de Champlâtreux), issu de la noblesse de Robe (nobles qui occupent des fonctions dans la justice et les finances) et d’une famille originaire de Troyes, est né en 1705. C’est à la suite du décès de son beau père, Samuel Bernard, richissime et banquier principal du Trésor Royal sous Louis XV, que Mathieu François et son épouse, Bonne Félicité Bernard (qui avait également apporté en mariage 120 000 livres), vont hériter d’une succession plus que généreuse avec laquelle ils vont acquérir et construire plusieurs domaines. En 1740, ils achètent l’Hôtel de Roquelaure, situé dans le 7e arrondissement de Paris et qui abrite aujourd’hui le Ministère de la Transition écologique et solidaire. L’édifice, qui va connaitre des modifications, va prendre le nom d’Hôtel Molé jusqu’en sa vente en 1808 (il ne sera pas toujours resté dans la famille, en particulier lors de la Révolution où il se verra être confisqué).
Vous l’aurez compris, c’est dans cet hôtel particulier situé Rue Saint Dominique (aujourd’hui 246 boulevard Saint-Germain) que vit mon ancêtre Narcisse Gabriel en 1784.

Hotel_de_Roquelaure___246_[...]Atget_Eugène_btv1b10516463r.JPEG
Hôtel de Roquelaure en 1906. source: Gallica

De 1751 à 1757, les Molé vont faire reconstruire et agrandir le Château de Champlâtreux (commune dans laquelle vit la famille Gallois) tel qu’on le connait maintenant, sur l’ancien château et les terres appartenant à la famille. Peut-être que Nicolas Gallois, père de Narcisse Gabriel, maçon de profession, a participé à cette reconstruction? Sans doute.

FD-Chateau-de-CHAMPLATREUX-02
Le Château de Champlâtreux, situé à Epinay-Champlâtreux (95). Idéal pour vos réceptions de mariage !

Enfin, par le biais de son mariage avec Bonne Félicité Bernard, Mathieu François Molé acquiert le Château de Méry-Sur-Oise, situé à une vingtaine de kilomètres de Champlâtreux. Le château restera aux mains de la famille Molé jusqu’en 1852.

lpdp_27108-7.jpg
Portrait d’un président à mortier vers 1700, Musée Carnavalet

Mathieu François Molé est Premier Président du Parlement de Paris de 1757 à 1763 et s’installe au Palais, sur l’Île de la Cité à Paris durant cette période, avant de revenir vivre au sein de son hôtel particulier situé rue Saint-Dominique. Toujours dans la magistrature, il sera également président à mortier (titre donné aux présidents de la chambre la plus importante du parlement, qui vient de leur robe de couleur pourpre et de leur coiffure appelées mortier). Il passera une grande partie de sa retraite entre le  Château de Champlâtreux et l’Hôtel Molé où il mourra en 1793 à l’âge de 87 ans.

 

Un de ses fils, Edouard Mathieu François, né en 1760 et qui vivait également à l’Hôtel Molé au moment où Narcisse Gabriel Gallois y travaillait, sera lui aussi à la fin des années 1780 président au mortier. Emigré et revenu en France dans les délais imposés par le décret voté par l’Assemblée Nationale du 31 octobre 1791, il sera trahi par une lettre de soutien adressée au roi, se fera condamner par le tribunal révolutionnaire et guillotiner le 20 avril 1794.

Vidé de ses habitants (Madame de Lamoignon, épouse d’Edouard Molé ainsi que ses trois enfants étant emprisonnés dès 1794) et réquisitionné par les révolutionnaires, l’Hôtel Molé sera attribué à la Commission d’Agriculture et des Arts par le Comité de Salut Public (comité révolutionnaire qui visait la défense de la République) avant d’être restitué à Madame de Lamoignon.

Narcisse Gabriel Gallois, postillon de la famille Molé, semble quant à lui avoir quitté l’Hôtel de la rue Saint-Dominique vers 1790 et échappé aux tourments de la Révolution dans lesquels était pris Molé fils. Il retournera vivre à Champlâtreux avant de quitter à nouveau sa ville natale pour Gentilly (94) où il mourra en 1807.

 

Narcisse Gabriel GALLOIS (1760-1807)
2. Jean Baptiste Narcisse GALLOIS
3. Jean Baptiste GALLOIS
4. Jules René GALLOIS
5. Andéa Maria GALLOIS
6. Léone Octavie SONNIEZ
7. mon grand-père maternel
8. maman
9. moi

 

 

Sources:

  • Vie de Mme Molé, fondatrice de l’Institut des Soeurs de la charité de Saint-Louis. 1763-1825, par le Mis de Ségur, 1880 Gallica
  • L’Etat de la France, David, 1789 Gallica
  • Le Palais de justice d’autrefois : le jardin du roi, l’hôtel de la première présidence et leurs hôtes aux XVIIe et XVIIIe siècles, Emile Clairin, 1922 Gallica

 

Mise à jour généalogique

photo-1453928582365-b6ad33cbcf64.jpeg

Cher.e.s lecteurs.rices,

Voilà un moment que je n’ai pas écrit par ici. Ces derniers mois, le temps m’a quelque peu manqué pour la généalogie (qui est, une passion très chronophage) et, par conséquent, pour l’écriture d’articles sur le blog. Cependant, mes recherches ne sont pas restées au point mort, et elles se sont concentrées sur 4 branches plus précisement, sur lesquelles j’espère pouvoir écrire très bientôt.

  • La branche Réunionnaise de mon compagnon. Certainement ce qui m’a le plus absorbé en généalogie ces derniers temps. En effet, sa maman est née à Saint-Benoît (974), et comme n’importe quel généalogiste qui en veut toujours plus, j’ai souhaité partir à la découverte de ses ancêtres. Les recherches à la Réunion sont très différentes de celles en métropole, et elles ne peuvent se faire sans un minimum de connaissance de l’histoire de cette île. Passionnant !
  • La famille Sonniez à Roissy-en-France (95)*. Mes recherches ont été relancées par une cousine, Delphine, que j’ai rencontré grâce à la passion commune que nous avons: la généalogie. Grâce à elle, j’ai approfondi mes recherches et souhaité en savoir plus sur cette famille, qui est celle de mon arrière-grand-mère maternelle, en retraçant la vie qu’ils ont vécu de la moitié du XIXe siècle jusqu’aux années 1920.
  • La famille Legrand de Roubaix à Wambrechies (59). Cette famille a plusieurs fois fait l’objet de mes recherches depuis que je me suis lancée dans la généalogie. Grâce aux nombreuses photos que j’ai en ma possession et aux informations familiales, j’essaye d’être au plus prêt de leur vie passée. Mon travail se focalise en particulier sur le couple formé par Jules Aimé Désiré Marie Legrand et Juliette Hortense Cordonnier**, Jules Legrand étant l’oncle d’Isabelle Paux qui a fait l’objet de mon #ChallengeAZ 2018.
  • La famille Lavigne. Là aussi, c’est toute une branche de ma généalogie que j’ai découvert grâce à mes cousins argentins***. Cette découverte m’a menée dans le Béarn, avec des recherches propres à cette région (et pas toujours évidentes pour moi!).

A tout cela s’ajoute des recherches ponctuelles plus ou moins poussées, des projets, des actes à retranscrire, mais aussi des moments où je coupe totalement avec la généalogie. Et c’est aussi ça la vie !

 

: Je parle ici de l’intérieur d’Alfred Léon Sonniez lors de son inventaire après décès.
** : Jules Legrand et Juliette Cordonnier sont les parents de Jules Florimond Pierre Legrand, lieutenant de vaisseau.
*** : J’ai découvert tout un pan de mon arbre généalogique à l’occasion des échanges que j’ai eu avec mes cousins argentins, comme je l’évoque ici.

Quand la généalogie mène en Argentine

Tout a commencé au début du mois de décembre. Je reçois deux mails via geneanet: l’un en espagnol, l’autre dans un français maladroit. Deux frère et soeur, prénommés Sandra et Celestin, m’expliquent qu’ils pensent descendre d’un individu qu’ils ont retrouvé dans mon arbre, Célestin LAVIGNE, originaire du Béarn et frère de mon arrière-arrière-arrière grand-mère, parti en 1883 tenter sa chance en Argentine.

Nous voilà arrivés au 2 février 2019. Après de nombreux échanges de mails, de recherches de part et d’autre de l’Atlantique, ma prétendue cousine a retrouvé l’acte de mariage qui va certifier la filiation et notre lien de parenté. Nous sommes bel et bien parents de la 4e à la 6e génération.
Nous sommes en 2019, et grâce internet, je suis en contact avec des cousins vivants en Argentine. De mon côté, la descendance d’une partie de cette famille s’éclaire. De leur côté, ils ont la confirmation que leur ancêtres étaient français.

sticker-mappemonde-50-cm-x-70-cmMais revenons au tout début.

Marie Thérèse Laïre, le point de départ de mes recherches

p_11_Marie_Thérèse_Laïre.JPG
Marie Thérèse Laïre (archives personnelles)

Marie Thérèse Laïre est mon arrière-arrière grand-mère, épouse d’André Fontaine, qui a fait l’objet de mon premier article sur ce blog.
Il s’agit d’une des premières personnes qui a été au centre de mon attention et de mes recherches dès lors que j’ai débuté en généalogie. En effet, je savais seulement d’elle, par les informations transmises par ma grande-tante, qu’elle avait été abandonnée à la naissance. L’envie était bien trop forte de percer le mystère et de retrouver une trace des ses parents ! Malheureusement, j’ai fait chou blanc après avoir cherché un peu partout: son acte de naissance du 12 septembre 1888 à Bordeaux (33) mentionnait seulement sa mère, Catherine Laïre, domestique de 20 ans, domiciliée au 33 rue de Naujac à Bordeaux. Impossible de mettre la main sur cette Catherine Laïre.

Très rapidement, je laissai tomber et passai à autre chose.
Jusqu’au jour où je reçois dans ma boite mail le dossier des enfants assistés de Gironde de Marie Thérèse Laïre.

Et là, surprise: sa mère se nomme en réalité Catherine Lavigne, née le 9 septembre 1868 à Méritein (64), et domiciliée à Mérignac (33). Toujours pas de mention du père de Marie-Thérèse, mais le vrai nom de famille de Catherine ainsi que sa ville de naissance va me permettre d’accéder à toute une branche qui m’était alors totalement inconnue.

laïre_abandon_2.JPG
Dossier de Marie Thérèse Laïre, n°6997, Archives départementales de Gironde.

La famille Lavigne

Me voilà partie pour le Béarn. Après un petit temps d’adaptation et de compréhension des subtilités propres à cette région de la France (un monde à part, je vous le dis!), je reconstitue assez rapidement la famille de Catherine.

Capture d’écran 2019-02-03 à 22.42.02.jpg
Situation géographie de Méritein, dans les Pyrénées-Atlantiques (64) (source: geoportail)

Pierre Lavigne, métayer, né en 1833 à Araux (64), épouse à Méritein (64) le 19 avril 1860 Marie Latreyte, née en 1839 à Méritein. Cette dernière va mettre au monde 11 enfants:

  • Catherine Désirée, née en 1860 à Araux
  • Jean, né en 1862 à Méritein
  • Célestin, né en 1865 à Méritein
  • Catherine, née en 1868 à Méritien (mon AAAGM)
  • Arnaud, né en 1870 à Méritein
  • Claire, née en 1871 à Méritein, Maison de Salauly
  • Marie, née en 1873 à Méritein
  • Jean Baptiste, né en 1875, à Méritein
  • Germain, né en 1877 à Méritein, décédé à l’âge de 3 en 1880 à Gurs
  • Jeanne, née en 1880 à Gurs
  • Auguste, né en 1882 à Gurs, décédé l’année suivante à l’âge de 8mois.

Alors que j’avais connaissance de tous les membres de la famille, le plus dur restait à venir. En effet, il m’était impossible de retrouver la trace de la famille dans les registres de l’état civil. Les recherches sur filae, dont l’aide est précieuse pour le XIXe siècle, restaient vaines.

Départ pour l’Argentine

C’est en regardant du côté des registres matricules que tout s’est expliqué.
Deux des frères Lavigne, Jean et Célestin, n’ont jamais fait leur service militaire, étant absents car vivant en Amérique.
En effet, comme de nombreux jeunes hommes béarnais et basques de leur âge, ils ont fuit la conscription, sont partis rejoindre le port de Bordeaux, et ont pris un bateau pour l’Amérique du Sud. Mais ils ne sont pas partis seuls, ils y ont aussi emmené leurs soeurs.

Jean a quitté sa famille et le port de Bordeaux le 5 décembre 1873, à l’âge de 11 ans. Il est parti à bord du Niger direction Buenos Aires, avec sa soeur Catherine Désirée, 13 ans. J’ignore pourquoi ces deux enfants sont partis si jeunes, sans leurs parents, restés à Méritein, ni aucun autre membre de la famille. Sont-ils allés rejoindre quelqu’un à Buenos Aires? Comment se sont-ils débrouillés une fois arrivés? Mystère.

niger.jpg
Le Niger ( source: Messageries Maritimes)

Célestin est quand à lui parti dix ans plus tard. Il quitte Bordeaux et embarque sur l’Orenoque avec sa petite soeur Catherine, mon AAAGM, le 5 décembre 1883, alors qu’il a 18 ans et elle 15. Ont-ils rejoints leurs frère et soeur déjà sur place? A nouveau, mystère.

orenoque2.jpg
L’Orenoque en cale sèche à Bordeaux ( source: Messageries Maritimes )

C’est ce fameux Célestin, arrivé à Buenos Aires fin 1883 début 1884 qui va être le trait d’union entre mes cousins Argentins et moi même. Celui-ci va se marier en 1890 Chivilcoy, commune située à 160km de Buenos Aires, avec Honoria Campagnolle, une argentine née de parents français (et béarnais, plus précisément!). Ensemble, ils auront plusieurs enfants, dont le grand-père de mes cousins, Sandra et Celestin.

Qu’est devenue le reste de la famille Lavigne?

Célestin et son frère Jean se sont établis de façon certaine en Argentine. Nous pouvons par ailleurs lire sur la fiche matricule de Jean que celui-ci vit en 1905 à 25 de Mayo, ville située à 70 km de Chivilcoy (dans laquelle vivait d’ailleurs Célestin avant son mariage: peut-être que la famille Lavigne s’est établie là bas à son arrivée en Argentine?).

Pour le reste, nous ne pouvons faire que des hypothèses, car à l’heure actuelle, je n’ai pas retrouvé la trace (ou du moins je n’en suis pas tout à fait certaine) de Catherine Désirée, ni de certains autres membres de la famille, tels que Claire et Marie, nées respectivement en 1871 et 1873. Elles se sont comme évaporées des registres de l’Etat Civil et des recensements français. L’hypothèse la plus probable est qu’elles ce soient aussi toutes les deux établies en Argentine.

Arnaud, Jean-Baptiste et Jeanne, quant à eux, semblent n’avoir jamais quitté leur France natale.

Quant à Catherine, mon AAAGM, j’ignore les raisons qui l’ont poussé à revenir en France.  Ce retour s’est fait entre 1884 et 1888, date à laquelle on la retrouve domestique à Mérignac, indigente, avec une petite fille qu’elle est dans l’incapacité d’élever et qu’elle se résout à abandonner seulement 12 jours après sa naissance.

Catherine finira le reste de sa vie à Mérignac. Son frère Jean Baptiste – qui n’a jamais quitté la France – , la rejoindra entre 1895 et 1899. Catherine se marie en 1897 avec Jean Audignon. Il a 34 ans, elle en a 28. Pierre et Marie, les parents de Catherine, seront consentants mais pas présents pour le mariage. En effet, ils vivent toujours à Gurs, à 250 km de Mérignac.
Jean et Catherine auront seulement trois enfants: Marie en 1898, Jean en 1899 et – un second – Jean en 1904. Le mari de Catherine, Jean Audignon, décède prématurément en 1905, à l’âge de 43 ans. Catherine se retrouve seule avec ses trois jeunes enfants, et sa belle mère, Catherine Lassalle, qui vit sous le même toit que la petite famille.
Entre 1911 et 1915, les parents de Catherine, Pierre et Marie, se rapprochent de leur fille et de leurs petits enfants, en s’installant à Mérignac. Mais à nouveau, le malheur frappe le cours de la vie de Catherine: ses parents Marie et Pierre décèdent en 1915, à à peine trois mois d’intervalle.
Le 20 juillet 1920, Catherine décède à son tour, à l’âge de 51 ans.

Jean Baptiste se mariera lui aussi à Mérignac avec Elisa Sallebert en 1906. Le couple n’aura aucun enfant et vivra modestement à Mérignac.

Capture d’écran 2019-02-03 à 22.39.00.jpg
En rouge Gurs (64), en bleu Mérignac (33), Google

Maintenant que je connais un peu mieux Catherine, je m’interroge et essaye d’imaginer la vie qu’elle a eu, mais aussi la vie et les relations qu’avaient les membres de cette famille Lavigne, éclatée entre la France et l’Amérique du Sud. J’essaye de comprendre la décision terrible qu’elle a du prendre en 1888 lorsqu’elle a laissé Marie Thérèse, sa fille, à l’assistance publique. J’essaye de ne plus lui en vouloir, de me mettre à sa place.
Nombreuses sont les questions qui resteront sans réponses.
Chacun s’imaginera ce qu’il veut, mais lorsque je pense à la vie de Catherine, j’ai le sentiment que celle-ci est loin d’avoir été heureuse.

Nueva-imagen-14.png

 

Catherine LAVIGNE (1868-1920)
2. Marie Thérèse LAIRE 
3. Léo Fontaine
4. ma grand-mère maternelle
5. maman
6. moi

Un mariage express.. et déjà consommé.

Alors que je travaillais sur la branche de ma famille GALLOIS, je suis tombée sur une situation peu ordinaire à l’époque.

 

Capture d’écran 2019-01-18 à 20.36.31.jpg
Situation de Champlâtreux (aujourd’hui Epinay-Champlâtreux), Cartes de Cassini (source: geoportail.gouv.fr

En effet, quelle ne fut pas ma surprise, alors que je parcourais dans le sens inverse (en commençant par la fin) le registre paroissial de la petite commune d’Epinay-Champlâtreux au nord du Val d’Oise, lorsque je vis l’acte de naissance du 15 juin 1771 de Sophie Anne Morel et sur la même page, l’acte de mariage de ses parents, Pierre Morel et Marie Sophie Gallois, le 15 mai 1771, soit un mois plus tôt !

Evidemment, on imagine bien la situation délicate: des noces déjà consommées, le ventre bien rond de la mariée lors de la messe, et un mariage qui doit avoir lieu à tout prix avant la naissance de l’enfant. C’est pourquoi celui-ci a été fait précipitamment, se dispensant même des habituelles publications de bans (qui auraient repoussé le mariage trois semaines plus tard…. trop risqué de voir la future mariée déjà accouchée !). De la même façon, les témoins sont les pères des mariés et le jardinier du château de Champlâtreux. Difficile d’organiser un mariage en si peu de temps !

Extrait de cet acte de mariage express:

Sans titre.png
BMS Epinay-Champlâtreux 1750-1792, vue 87/166, E-DEPOT64 E2, AD95.

« […] et après avoir fait déjà aupara
-vant la bénédiction nuptiale la première publication du
mariage le neuf de ce mois les deux autres publications
n’ayant point étés faite par rapport à la dispense que
les parties contractantes ont obtenues de Monseigneur
l’Archevêque de Paris comme il couste par l’aposition
de son cachet et la signature d’un de ses vicaires généraux
et son secrétaire Compine et au dossier Cha[u]vaux
greffier des Insinuations Ecclésiastiques en datte du 
même mois, comme encore après avoir entendu en
confession et fiancé la veille dud. mariage les dittes
personnes cy dessous énoncées […] »


Marie Eléonore CUREAU cousine de Marie Sophie GALLOIS, notre mariée, 1750-1785, 
2. Jean Baptiste GALLOIS
3. Jules René GALLOIS
4. Andréa Maria GALLOIS
5. Léone SONNIEZ
6. papi
7. maman
8. moi

#ChallengeAZ : Epilogue

A l’occasion du Challenge AZ 2018, j’ai tenté durant ce mois de novembre de vous partager le quotidien d’Isabelle et de la famille Coutier durant la Première Guerre Mondiale. J’ai pu faire ceci grâce aux nombreuses sources dont je dispose et en particulier grâce à son journal que j’ai retranscrit il y a maintenant quelques mois.

Vous vous en doutez bien, la vie de la famille Coutier ne s’est pas arrêtée avec la fin de la guerre. C’est pourquoi je vous propose de revenir sur les années qui ont suivi la guerre et sur cette famille du Nord, qui a du se reconstruire comme beaucoup de familles françaises – et allemandes.

Après la démobilisiation, Louis Coutier va rejoindre sa femme et ses trois filles à Mouvaux. Les dégâts de la maison et de la fabrique sont très importants, et la perspective d’un réel avenir dans le Nord de la France semble difficile à imaginer.

Isabelle tombe enceinte et met au monde une quatrième fille, deux ans après la signature de l’Armistice, le 11 novembre 1920. C’est Anne-Marie, mon arrière-grand-mère. Annie, comme on l’appelait, sera le dernier enfant du couple.

La famille Coutier en Tunisie, de 1921 à 1930 – Archives personnelles

m (139)
Isabelle, Annie, Louise et Claire (dans son habit de communion), 1924 – Archives personnelles

Tous les dimanches à la messe, on prêche une vie meilleure en Tunisie, où les terres sont vendues à des prix attractifs et très abordables pour les français qui ont tout perdu. La famille Coutier, en mal de soleil et qui s’était plu dans le Sud de la France, quitte tout et arrive à Sidi Tabet au début de l’année 1921.  Là bas, elle possède plusieurs terres au domaine Revoil, à une trentaine de kilomètres au Nord Ouest de Tunis. Les quatre filles Coutier vont aller à l’école de Tunis. Annie, la petite dernière, a 12 ans d’écart avec sa soeur Isabelle. Louise et Isabelle se marient chacune de leur côté, la même année en 1928, tandis que le reste de la famille va s’en aller vivre du côté du Sers, ville essentiellement agricole dans les terres de Tunisie. La troisième des filles Coutier, Claire, se marie en 1931. La malheureuse décèdera trois ans plus tard,  à l’âge de 22 ans, des suites d’une tuberculose et laissera deux enfants en bas âge. Son père, Louis Coutier, ne se remettra jamais de la perte de sa fille qu’il aimait tant. Devenu alcoolique, il décèdera quelques mois plus tard.

Isabelle Paux et Louis Coutier – Archives Personnelles

m (70)
Mon arrière-grand-mère Annie et ses parents, Louis et Isabelle, 1925 – Archives Personnelles
m-67.jpg
Annie et Léo lors de leur mariage en 1938 – Archives personnelles

 

 

Annie, la dernière de la famille, va se marier le 24 septembre 1938 à Tunis, avec un militaire du 62e régiment d’artillerie en garnison en Tunisie: Léo Fontaine, mon arrière-grand-père. Elle aura avec lui quatre enfants, trois filles et un garçon. Parmi eux, ma grand-mère maternelle, la troisième fille du couple. Tous grandiront en Tunisie jusqu’à leur départ définitif en 1956.

 

 

Isabelle Coutier quant à elle va vivre la fin de ses jours chez sa fille aînée Isabelle au Sers. Là bas, elle aura un débit de tabac. Lorsque la Tunisie sera touchée par la seconde guerre Mondiale et occupée par les allemands, elle écrira à nouveau régulièrement dans un petit journal – journal dont je n’ai pas encore fini la retranscription. Femme de caractère, elle laissera une forte impression à ses petits-enfants. Elle décèdera en 1948.

m (48)
Annie, Isabelle Paux, Isabelle Coutier et Louise, 1948 – Archives personnelles

Les descendants du couple Coutier, tous nés en Tunisie, seront tous rentrés en France en 1955.

Aujourd’hui, Isabelle et Louis Coutier comptent et laissent derrière eux 5 enfants, 14 petits enfants, 32 arrières-petits enfants, 63 arrières-arrières petits enfants!

Je profite de cet épilogue pour remercier tous les membres de la famille Coutier passionnés par l’histoire d’Isabelle et par les témoignages qu’elle nous a laissé. Depuis plus de quarante ans maintenant, beaucoup de mes grands-oncles et grandes-tantes (qui ont eu la chance de connaître Isabelle !) travaillent dur pour conserver et transmettre la mémoire familiale. Toujours présents pour répondre à mes nombreuses interrogations, c’est bien évidemment grâce à eux que j’ai pu vous partager l’histoire de la famille Coutier, grâce à leurs documents qu’ils m’ont partagé, mes aussi leurs anecdotes, leurs souvenirs d’enfants et leurs longues recherches. 
Merci à eux.